La candidate à l'élection primaire du PS Ségolène Royal répond à la lettre ouverte de l' ARAPREM

 

Lettre ouverte à tous les candidats(es) aux élections primaires du PS

 

2012 sera le cinquantième anniversaire de l’exode et de l’exil des rapatriés d’Algérie.
2012 sera également un grand rendez vous citoyen, celui des élections présidentielles.
 1962 - fut l’année qui scella définitivement notre destinée :
Ballottés par le vent de l’histoire, nous n’avons pas eu d’autre choix que de quitter notre terre natale pour venir nous installer dans un pays totalement inconnu pour la majorité d’entre nous, et qui nous était hostile.
 
1962 - fut l’année de la brutalité de l’exil des pieds-noirs, de l’abandon et des massacres des Harkis
et de leurs familles, du déracinement, du rapatriement, du rejet, de la désinformation.
 
Les rapatriés et repliés d’Algérie (Pieds Noirs, Harkis, Français musulmans rapatriés) furent les victimes expiatoires d’une décolonisation mal préparée et précipitée.
 
Enfants de la république, nous étions divers, différents et pluriels en Algérie, nous le sommes toujours en France.
La précipitation du désengagement de la France a créé un vide politique favorisant l’opportunisme de certains sans aucune conviction politique ou idéologique. 
Les accords d'Evian prévoyaient la remise des pouvoirs à " l'exécutif provisoire " mis en place depuis le 19 Mars 1962 .Celui-ci devait maintenir l'ordre avec une " force locale " assistée de l'Armée Française ; et ce en principe jusqu'à la transmission de ses pouvoirs à une assemblée nationale élue au suffrage universel. Ceci ne fut effectif que le 27 Septembre 1962.
De nombreuses associations de rapatriés d’Algérie dont l’ ARAPREM commémoreront le 49° Anniversaire du massacre d’ORAN du 5 juillet 1962.
Pour utiliser une terminologie très usitée dans certains partis politiques de gauche, c’étaient des travailleurs, des ouvriers des employés, de petits fonctionnaires, de petits artisans et commerçants. C’étaient des gens qui voulaient continuer à vivre et à travailler dans leur pays, sur leur terre natale, qui ont été lâchement enlevés et massacrés en présence de 18.000 soldats français qui se trouvaient à Oran et qui restèrent sur ordre du général de gaulle chef de l’état cantonnés dans leurs casernes sans intervenir.
Le devoir d’une nation, le rôle d’une armée, c’est de protéger tous ses citoyens.
La guerre d’ algerie et plus largement la période de la colonisation, puis celle de la décolonisation, ont marqué le destin de nombreux Français.
Dans le midi de la France les rapatriés d’Algérie Pieds noirs Harkis, Français musulmans rapatriés sont nombreux et Malgré les difficultés rencontrées il a fallu par le travail, la vie de famille, le militantisme associatif, syndical et politique nous intégrer nous assimiler dans la Nation.
De nombreux problèmes moraux et matériels subsistent encore. Les familles des victimes et disparus sont près de 50 ans après dans l’attente de nouvelles de leurs parents, (familles enlevées et massacrées), ils attendent de l’état une reconnaissance….
Nos compatriotes les harkis et leurs familles se trouvent encore dans une situation inacceptable.
Prés d’un demi siècle après les faits il est grand temps que toute la lumière soit faite sur ces disparitions, que l’on puisse véritablement étudier le sort des disparus et aider ainsi leurs familles à retrouver la paix à pouvoir faire leurs deuils, il est grand temps de connaître la vérité historique des faits, il est grand temps de rendre hommage à ces victimes et à leurs familles. (Propos de campagne du candidat Nicolas Sarkozy devenu président de la république)
 
En qualité de candidat aux élections primaires du Parti socialiste que pouvez vous dire et faire Pour qu’enfin le brouillard de l’histoire se lève.
 
 
La paix des mémoires, la réconciliation des mémoires ne pourra se faire que dans la réciprocité sans repentance ni amnésie et une fois le problème franco français résolu.
L’ ARAPREM association de rapatriés d’ algerie (Harkis et Pieds Noirs) Pour la réconciliation des Mémoires est une associations de rapatriés d’ Algérie statutairement déclarée à gauche, nous sommes des rapatriés d’ Algérie rassemblés autour de concepts républicains, démocratiques, laïques, sociaux et humanistes qui ont une exigence de vérité.
Nous sommes pour une mémoire apaisée sans repentance ni amnésie.
Nous vous demandons que s’exprime ce courage citoyen, par la reconnaissance de la responsabilité de l’état Français sur les événements qui se sont déroulés après le cessez le feu du 19 Mars 1962 et l’immédiat après guerre d’Algérie.
Y êtes vous favorable ? Que préconisez vous  en matière de :
- Reconnaissance officielle de la responsabilité de la France dans le drame algérien
- Ouverture des archives
- Renonciation définitive à la commémoration officielle de la date du 19 mars 1962 qui pourrait être remplacé par une autre date symbolique rendant honneur à nos jeunes soldats morts pour la France, celle par exemple du 16 Octobre qui fut celle du rapatriement des cendres du soldat inconnu d’Algérie.
- Mémorial de la France d’outre mer
- Entretien des cimetières français d’Algérie
- Victimes et disparus
- Indemnisation
- Remboursement des intérêts de l’article 46
- Réinstallation
- Toits familiaux et cas sociaux
- Harkis
- Prisonniers de guerre du FLN
- Retraites
- Centres d’accueil
Cuers le 1 juillet 2011
Claude Garcia Président de l’ ARAPREM

 

 

 

retour page d'accueil