ASSOCIATION

Toute personne a droit à la liberté de réunion et d’association pacifiques. (article 20 de la déclaration des droits universels de l’homme de l’ONU)

Qui sommes-nous?

L’ARAPREM

L’ASSOCIATION de RAPATRIÉS d’ALGÉRIE (Harkis et Pieds-noirs) POUR la RÉCONCILIATION DES MÉMOIRES , a été créée le 2 mai 2007 à Néoules 83 Var.

Nous sommes des rapatriés d'Algérie rassemblés autour de concepts républicains, démocratiques, laïques, sociaux et humanistes qui ont une exigence de vérité. L’Araprem est une Association qui est ouverte à toutes celles et tous ceux qui défendent les valeurs de la République : Liberté Égalité Fraternité et Laïcité.

C’est avant tout dans la reconnaissance de ces valeurs que doit s’inscrire l’appartenance à l’association : "pour savoir où l’on va, il faut savoir d’où l’on vient" et faire le nécessaire devoir de mémoire pour regarder notre Histoire en face. 

"C'est l'homme qui fait l'histoire, mais sans histoire l'homme ne serait rien".

Notre leitmotive est sans repentance ni amnésie, car il nous faut regarder le passé, mieux le connaître pour servir le présent et nourrir l' avenir.

Pour nous, rapatriés d’Algérie et témoins de la "dernière génération" nous voulons faire connaître notre histoire à nos descendants, passer le flambeau en quelque sorte, avant qu’il ne soit trop tard, car : Un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir.

C’est parce que de nombreuses familles  ont été cruellement frappé par le sort et n’ont jamais eu de nouvelles de leurs disparus que nous voulons être partie prenante dans cette démarche. Nous voulons les aider à parler et à lutter contre le silence et l’oubli, contre cette chape de plomb qui nous étouffe depuis de trop nombreuses années..

Ses membres fondateurs sont tous nés en Algérie

 

Préambule constitutif

Dans l’Histoire de France, la colonisation française c’est comme une pièce de monnaie, il y a un coté face et un coté pile. Certains préféreront le coté pile, d’autre le coté face, pourtant cette pièce de monnaie n’aurait plus aucune valeur sans l’un ou l’autre des deux cotés.

A partir de cette image, il faut distinguer deux types de colonisations, la colonisation des pays d’Afrique noire où le système colonial a exercé l’esclavage, et, la colonisation de peuplement de l’Algérie, où, il n’y a jamais eu d’esclavagisme, celui-ci, avant 1830 était pratiqué par les ottomans et les barbaresques, les esclaves étant principalement de race blanche et chrétiens.

Fort de cette constatation, on ne peut pas juger le passé avec le regard et la conscience d’aujourd’hui. Ces systèmes coloniaux odieux, qui paraissent sans aucun doute honteux aujourd’hui, semblaient normaux à l’époque et d’autres pays pratiquaient des politiques similaires. Les Britanniques, les Portugais, les Espagnols, les Hollandais, ont été colonisateurs Ceux ne sont pas seulement les Français qui ont inventé ça ! Il faut alors se souvenir du contexte de l’époque, où, les puissances européennes se faisaient la guerre.

L’idéologie passéiste et le complexe colonialiste poussent certains en France à la culpabilisation et à la repentance. Cette démarche est unique dans le monde. La culpabilisation et la repentance ne peuvent servir que les extrêmes.

Une mise au point est donc nécessaire pour tous ceux qui se retranchent toujours derrière les actions passées des uns et des autres, pour éviter tout débat sur tel ou tel moment de la guerre d’Algérie. Pas plus que certains Algériens ne dénonceront globalement l’action du FLN ; certains Français d’Algérie feront de même pour l’action de l’OAS. Aussi est-il aberrant de demander aux uns ou aux autres, de renier un certain passé d’autant que les différents protagonistes de ces actions sont tous amnistiés et circulent librement en France participant même, de facto, à toute manifestation publique dans les ambassades où les cimetières.

Pour nous Pieds-noirs humanistes et démocrates, nous avons décidé de fédérer autant que possible les pieds-noirs et les enfants de pieds-noirs, notamment ceux de la dernière génération qui n’ont pas ou peu connu leur terre de naissance, et organiser ensemble une mémoire collective.

Nous prenons la parole pour témoigner que la très grande majorité du peuple pied-noir venait d 'origines diverses et était de condition modeste. Très loin des schémas caricaturaux que l’on veut faire du pied-noir colon, exploiteur, riche comme Crésus. Nos parents travaillaient comme cheminot, petit paysan, facteur, policier, employé, travailleur à la chaîne, journalier, femme de ménage et d 'autres encore.

Nous étions divers (ethnies, races) différents (religions) et pluriels (politiques).

La plupart n’étaient pas racistes. Leur engagement dans la vie de tous les jours ressemblait à celui que l’on retrouvait en France. Ils étaient syndicalistes, élus locaux, de gauche de droite. Tout ceci a été remis en cause par tous ces actes de violence qui ont engendré la violence et la haine, pour arriver à cet exode massif vers la métropole.

Pour tous ces Rapatriés d’Afrique du Nord leur histoire s’est construite pendant de nombreuses années. Chacun a refoulé son histoire, ses douleurs, ses haines, ne pensant qu’à s’intégrer dans la société française.

Le fondement d’une nouvelle page de leur histoire s’est faite en travaillant durement, ne pensant qu’à un seul but faire partie de la société française. Pour cela ils se sont mariés , souvent avec des métropolitain(e)s, ils ont eu des enfants, des petits enfants et des arrières petits enfants. Qu’est-ce qui les différencie des autres français ? Rien... Si leur accent, si caractéristique et qui sent bon la joie de vivre.

Par ailleurs, les pieds-noirs ne sont pas restés étrangers à la vie politique, syndicale et sociale de notre pays. Ils se sont engagés comme acteur et citoyen. 

Aussi, le cheminement de leur engagement a abouti à des choix politiques et sociaux, d’humanisme et de tolérance. Beaucoup d’autres n’ont pas pris la même direction, meurtris par un destin qu’ils n’avaient pas choisi.

Pour nous, militants humanistes et démocrates pieds-noirs, nés en Algérie Française et témoins de la "dernière génération" nous voulons faire connaître notre histoire à nos descendants, passer le flambeau en quelque sorte, avant qu’il ne soit trop tard.

C’est parce que de nombreuses familles n’ont jamais eu de nouvelles du sort de leurs disparus que nous voulons être partie prenante dans cette démarche. Nous voulons les aider à parler et à lutter contre l’oubli pour que chacun puisse raconter son histoire, parce que "pour savoir où l’on va, il faut savoir d’où l’on vient".

Nous demandons donc une loi pour créer une commission d’enquête parlementaire du genre « Outreau » qui aura tous les moyens de recherches et d’investigations, le libre accès à toutes les archives et tous les documents des Ministères, ainsi que le pouvoir d’auditions d’experts, d’historiens, d’hommes politiques ayant eu un rôle, une fonction lors des évènements de la guerre en Algérie. Cette commission parlementaire (représentative du peuple Français) sera ainsi en mesure de créer une mémoire collective et non sélective.

De même, nous voulons que notre représentation soit reconnue, que ce soit à la télévision, dans les médias et au cinéma,. Les pieds-noirs sont souvent représentés par des minorités qui existaient en Algérie, certes, mais qui ne nous ressemblent pas du tout. Dans les débats on ne fait jamais appel aux pieds-noirs, aux vrais gens de la vie quotidienne pour qu’ils puissent parler vraiment de leurs vécus.

Ainsi, nous voulons faire reconnaître notre identité et notre appartenance au peuple pied-noir et aussi comme pied-noir humanistes et démocrates, dans une République laïque et démocratique.

Nous souhaitons partager avec tous les citoyens cette soif de Liberté, d’Egalité et de Fraternité.

 

Statuts :

STATUTS de l’ARAPREM

ASSOCIATION de RAPATRIES d’ALGÉRIE (Harkis et Pieds-noirs) POUR la RÉCONCILIATION DES MÉMOIRES.

PRÉAMBULE   :

 Nous sommes des Rapatriés d' Algérie rassemblés autour de concepts républicains, démocratiques, laïques, sociaux et humanistes qui ont une exigence de vérité..

L’Association est ouverte à toutes celles et tous ceux qui défendent les valeurs de la République : Liberté Égalité Fraternité et Laïcité.

C’est avant tout dans la reconnaissance de ces valeurs que doit s’inscrire l’appartenance à l’association :   "pour savoir où l'on va, il faut savoir d'où l'on vient» et faire le nécessaire devoir de mémoire pour regarder notre Histoire en face sans repentance ni amnésie..           

 TITRE I : LES BUTS

ARTICLE 1   DÉNOMINATION

Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901, ayant pour titre : « ARAPREM »   ASSOCIATION de RAPATRIÉS d’ALGÉRIE (Harkis et Pieds-noirs) POUR la RÉCONCILIATION DES MÉMOIRES

  Sa durée est illimitée        

 ARTICLE 2   OBJET
L’ASSOCIATION de RAPATRIÉS d’ALGÉRIE (Harkis et Pieds-noirs) POUR la RÉCONCILIATION DES MÉMOIRES a pour OBJET :

   §- De regrouper en son sein des rapatriés témoins de la "dernière génération" qui veulent faire connaître leur histoire à leurs descendants et de passer le flambeau.

 § - De faire reconnaître leur identité de rapatriés d' Algérie humanistes et démocrates.

             § - De faire entendre leur histoire pour lutter contre l'oubli et le silence imposé.

              § - de faire reconnaître la responsabilité de l’État français et du gouvernement de l’époque sur les évènements qui se sont passés après le cessez-le-feu du 19 mars 1962.

              § - De demander la création d’une loi pour créer une commission d’enquête qui aura tous les moyens de recherches et d’investigations, le libre accès à toutes les archives et tous les documents des Ministères, ainsi que le pouvoir d’auditions d’experts, d’historiens, d’hommes politiques ayant eu un rôle, une fonction lors des évènements de la guerre en Algérie.  Cette commission parlementaire (représentative du peuple Français) sera ainsi en mesure de créer une mémoire collective et non sélective.  

            § - De regarder le passé, mieux le connaître pour servir le présent et nourrir l' avenir.

              § - De mettre en œuvre toutes actions d’animations, de manifestations, de spectacles, de colloques, de formations et de toutes autres activités pour la promotion du projet de l’ARAPREM

 ARTICLE 3 - le siège social
son siège social est situé à : ARAPREM. Mr. CLAUDE GARCIA    CHEMIN DES GARRIGUES      83390 CUERS

Il pourra être transféré en tout autre endroit par simple décision du Conseil d’Administration.  

TITRE II – LES MEMBRES

ARTICLE 4 Les Membres
les membres dont se compose l’Association ARAPREM sont :
1) les Membres d'honneur
2) les Membres bienfaiteurs
3) les Membres adhérents    

ARTICLE 5  Admission :
Pour faire partie de l'association, il faut faire acte de candidature et être agréé par le bureau qui statue, lors de chacune de ses réunions, sur les demandes d'admissions présentées, et être parrainées par un membre de l’association ARAPREM           

ARTICLE 6 Les membres de l’Association ARAPREM
 - membres d'honneur, ceux qui ont rendu des services signalés par leur engagement au service de l’association ARAPREM. Ils sont dispensés de cotisation.

 - membres bienfaiteurs, les personnes qui versent un don à l' association.

 -  membres actifs les personnes qui versent une cotisation fixée par l'assemblée générale chaque année     

ARTICLE 7 Radiation :
La qualité de membre se perd par :
            - La démission
            - Le décès
            - La radiation prononcée par le conseil d'administration ou le bureau pour motif grave ou non paiement de la cotisation.

L'intéressé ayant été invité par lettre recommandée à se présenter devant le bureau pour fournir des explications.               

ARTICLE 8  Les ressources de l'association sont constituées par:
Les cotisations annuelles de ses membres.
Des subventions pouvant lui être accordées et de toutes recettes autorisées par les lois et décrets
Conformément aux dispositions, de la loi l’association pourra accepter des donations,  et legs en nature.              

ARTICLE 9  Le Conseil d'administration :
L'association est dirigée par un bureau et par un conseil d'administration élu parmi les membres .

Le conseil d’administration choisit parmi ses membres, au scrutin secret, un bureau composé de :
-  Un Président
-  Un ou plusieurs vice-président
-  Un secrétaire et s'il y a lieu un secrétaire adjoint
-  Un trésorier et s'il y a lieu un trésorier adjoint
 Le conseil étant renouvelé chaque année, par tiers.

  En cas de vacances, le conseil pourvoit provisoirement au remplacement de ses membres.

Il est procédé à leur remplacement définitif par la prochaine assemblée générale

Le conseil d’administration est investi des pouvoirs les plus étendus pour effectuer tous les actes et opérations pour mettre en œuvre les objectifs de l’association ARAPREM

Il représente les membres auprès des autorités compétentes et des pouvoirs publics

Il décide de l’organisation des manifestations extérieures de l’Association.

Il prépare le budget avant de le soumettre à l’Assemblée générale et contrôle son exécution

Il statue sur l’adhésion et la radiation des membres

Il veille à ce que soient mis en place les moyens financiers et matériels nécessaires au fonctionnement de l’association .Il consent, accepte, cède ou réalise à cette fin les opérations immobilières ainsi que les baux et locations de biens immobiliers.               

ARTICLE 10 Réunion du conseil d'administration :
Le conseil d'administration se réunit une fois tous les  trois mois, sur convocation du président, ou sur demande du quart de ses membres.

 Les décisions sont prises à la majorité des voix, en cas de partage, la voix du président est prépondérante.

Tout membre du conseil d'administration qui, sans excuses n'aura pas assisté à trois réunions successives, sera considéré comme démissionnaire (sauf en cas de force majeure).

Aucun membre ne peut faire partie du conseil s'il n’est pas majeur.            

ARTICLE 11 L'assemblée générale ordinaire
L'assemblée générale ordinaire comprend tous le membres de l'association à quel que titre qu'ils y soient affiliés.  

L'assemblée générale ordinaire se réunit chaque année au début de l'année civile. La convocation des membres devra se faire quinze jour avant la date fixée, les membres de l'association sont convoqués par courrier par le secrétaire.  

L'ordre du jour de l'assemblée est indiqué sur les convocations et un formulaire de pouvoir permettant de donner un pouvoir à un seul membre présent lors de l'assemblée doit être prévu.  

Seuls les pouvoirs dûment remplis et signés précisant le nom et l'adresse du membre remplacé lors de l'assemblée sont validés.

Le président, assisté des membres du conseil préside l'assemblée et expose la situation morale de l'association.

Le trésorier rend compte de sa gestion et soumet le bilan des comptes à l'approbation de l'assemblée. Il est procédé, après épuisement de l'ordre du jour, au remplacement, au scrutin secret, des membres du conseil sortant.

 Ne devrons être traitées, lors de l'assemblée, que les questions soumises à l'ordre du prévu sur la convocation. Les décisions sont prises à la majorité des présents.  

ARTICLE 12  Assemblée générale extraordinaire :
Si la nécessité s'en fait sentir, ou bien à la demande de la moitié des membres inscrits, le président peut convoquer une assemblée générale extraordinaire, suivant les formalités prévues à l'article 11.               

ARTICLE 13 Règlement intérieur :
Un règlement intérieur peut être établi par le conseil sur proposition du  bureau, il le fait approuver lors de l'assemblée générale. Ce règlement éventuel est destiné à fixer les divers points non prévus par les statuts, notamment ceux qui ont trait à l'administration interne de l'association. Il prévoit des règles de conduite des membres et précise les motifs d'exclusion.               

ARTICLE 14  Dissolution :
l’assemblée générale appelée à se prononcer sur la dissolution de l’association est convoquée spécialement à cet effet.

Elle doit comprendre la moitié plus un des membres adhérents

Si cette proportion n’est pas atteinte, l’assemblée générale est convoquée de nouveau, à 15 jours au moins d’intervalle, et cette fois elle peut valablement délibérer, quel que soit le nombre de voix présentes.

Dans tous les cas la dissolution ne peut être votée qu’à la majorité des deux tiers des voix présentes. 

En cas de non respect par le CA du préambule et ou de l'objet et du but des statuts de l'association, le président peut prononcer la dissolution de l' Association.

STATUTS  ADOPTES par L’ASSEMBLÉE GENERALE du 08 Septembre 2009

(Dernière version)

LE PRÉSIDENT    Claude GARCIA                                 LE SECRÉTAIRE   Gaston GIROUD

   LE TRÉSORIER   François GUILLEM

 

Conseils d' administration:

COMPOSITION DU CONSEIL D’ ADMINISTRATION DE L’ ASSOCIATION ARAPREM

Association de Rapatriés d’Algérie (Harkis et Pieds noirs) Pour la Réconciliation des Mémoires

Association loi de 1901 – déclarée au JO N° 23 du 9 juin 2007 - Siret N° 501.602.999.000.10  

 LE CONSEIL D’ADMINISTRATION DÉNOMMÉ L’ ARAPREM se compose :  

LE BUREAU :  

 Président 

Mr GARCIA Claude                       

Adresse : Chemin des Garrigues 83390 Cuers

Tél. : 04 94 28 62 24                       

Né le 20 Mars 1939 à ORAN (Algérie)

Nationalité : Française

Profession : Retraité  

 

Secrétaire 

Mr. GIROUD Gaston                                     

Adresse : 5 Lotissement Le Verger 83210 Sollies Pont               

Tel 04 94 28 94 31                 

Né le 7 Octobre 1932 à VILLEMOMBLE 

Nationalité : Française                                           

Profession : Retraité  

 

Trésorier 

MR. GUILLEM François

Adresse : 31, rue de la Rade les Bormettes 

83250 La Londe les maures. Tél : 04 94 05 20 09                             

Né le 25 décembre 1943 à Oran Algerie

Nationalité : Française

Profession : Retraité   

Trésorier Adjoint

Mr. PEREZ Raymond

Adresse : 1032 Avenue Colonel Picot 83100 Toulon                                                  

 Tel : 06 70 63 78 02                        

Né le 23 janvier 1950 à Oran (Algérie) 

Nationalité : Française

Profession : Retraité

 

 

 MEMBRES DU CONSEIL D'ADMINISTRATION    

 Mme LLORENS Yvonne

Adresse : Chemin des Garrigues 83390 Cuers                                   

tel : 06 77 08 37 32

Née le 16 Octobre 1943 à Oran (Algérie)

Nationalité : Française

Profession : Retraitée

 

Mr. SORIA Paul

Adresse : 28 La ferme du Plan miramar

83250 La Londe les Maures

Tel : 04 94 15 96 97

Né le 10 octobre 1939 à Oran (Algérie)

Nationalité : Française

Profession : Retraité

 

  MEMBRES D HONNEUR :

Ancien Vice président :

 Mr SCHLUMPF Jean Marie 

Ancien secrétaire

Mr. FERRA Claude 

Ancienne trésorière:    

Mme.  NAVARETTE Anne Marie épouse FERRA 

 

 

 Fait à Cuers le 1 Septembre 2010

 GARCIA Claude                     GIROUD Gaston                 GUILLEM François

 

 

Ballottés par le vent de l’histoire,en 1962, nous n’avons pas eu d’autre choix que de quitter notre terre natale pour venir nous installer dans un pays totalement inconnu pour la majorité d’entre nous, et qui nous était hostile. L’accueil ne nous fut pas favorable. Malgré les difficultés rencontrées il a fallu nous intégrer, nous assimiler dans la Nation. Cette intégration Assimilation a été réussie, elle s’est faite par le travail, la vie de famille, le militantisme associatif, syndical et politique. 

Les nécessités de la vie ont fait que nous rapatriés d’Algérie nous nous sommes davantage préoccupés de notre présent et de notre avenir, et mis notre passé entre parenthèse. Aujourd'hui, prés de 50 ans après, nous voulons ouvrir cette parenthèse.

Notre voix ne doit plus être défaillante parce que notre présent et notre avenir sont intimement liés aux mêmes enjeux de sociétés que ceux de tous les citoyens Français.

Nous refusons que notre passé soit souillé et terni par toute la désinformation et les apriorismes dont nous constatons aujourd’hui encore les séquelles. Nous ne voulons pas que notre « HISTOIRE » soit galvaudée.

C’est par la connaissance du passé que l’on bâtit son avenir.

 

Nous étions divers (races, origines), différents (cultures, religions) nous étions pluriels (politiquement et socialement) en Algérie. Nous le sommes encore aujourd’hui en France. Malgré nos diversités, nos différences nous avons su nous créer une identité, nous intégrer, nous assimiler au peuple de France. La grande majorité d’entre nous ne sont pas racistes, sont attachés aux valeurs républicaines et hostiles à toute forme de fascisme. Contrairement à ce que l’on croit, les pieds-noirs étaient, avant 1962, majoritairement à gauche. Au moment de la guerre, les hommes politiques de tous bords ont tergiversé. Les pieds-noirs ont fait preuve d’une certaine naïveté. Ils ont cru le « je vous ai compris » de de Gaulle en 1958. La génération qui s’est repliée en France en 1962 est la même que celle qui a participé à la libération de la FRANCE en 1944. Elle ne s’attendait vraiment pas à un tel rejet de nombreux métropolitains qui les percevaient comme de riches propriétaires terriens et les assimilaient à des colonialistes alors que les colons ne formaient qu’une toute petite minorité de la population d’ algerie.

 

Début 2007, Face à l’auto flagellation quotidienne sur la repentance et à ses effets pervers, nous avons écrit un préambule constitutif à partir duquel nous avons décidé de nous organiser en association loi 1901

 

ASSOCIATION DE RAPATRIES D’ ALGÉRIE (HARKIS ET PIEDS NOIRS) POUR LA RÉCONCILIATION DES MÉMOIRES (ARAPREM).

Et de nous regrouper autour d’un certain nombre de concepts : républicain, démocratique, laïque, sociale et humaniste.

 

L’objet de notre statut est le devoir de mémoire. Nous voulons écrire notre histoire a partir de la recherche historique sur les événements qui se sont déroulés après le 19 mars 1962 date du cessez le feu en Algérie, Pour cela nous demandons l’ouverture de toutes les archives y comprises les minutes des conseils des ministre du gouvernement d’alors, la création d’une commission d’enquête parlementaire gauche / droite.

 

Le but rechercher c’est la réconciliation des mémoires que résume la citation ci dessous :

« Mes racines sont en Algérie, mon cœur est en France, mon esprit est comme un arc en ciel au dessus de la méditerranée ».

 

Nous voulons ouvrir les débats pour que la réconciliation des mémoires se fasse à partir du nécessaire devoir de mémoire, sans repentance ni amnésie.

 

C’est maintenant ou jamais, car bientôt nous ne serons plus là pour témoigner et nous ne voulons pas que les générations à venir, nos petits enfants, aient une mauvaise opinion de ce que nous étions et de ce que nous avons fait. En 2060 il n’y aura plus un seul PN et Harki pour témoigner.

 

La guerre d’ algerie et plus largement la période de la colonisation, puis celle de la décolonisation, ont marqué le destin de nombreux Français. Nous voulons faire un véritable travail de mémoire pour mieux faire connaître cette période tragique de l’histoire de France.

 

Aux nostalgiques de « l’Algérie française » nous disons : l’Algérie française se trouverait dans la même situation que connaît aujourd’hui ISRAEL et le LIBAN sur un territoire trois fois plus grand que la France. Le séparatisme, le régionalisme, et l’islamisme auraient eu raison de notre patriotisme.

 

Aux radicaux de « l’Algérie algérienne » et à leurs alliés, nous disons : Aucune cause ne justifie les assassinats ou les enlèvements de civils après des accords prônant le cessez-le feu, car, il est absurde d’invoquer une révolution supposée rendre sa dignité à un peuple, si elle s’appuie sur l’enlèvement et le massacre de milliers de personnes.

L’absence de liberté, et la révolution confisquée vous conduisent à l’islamisme.

 

« Quelle que soit la cause que l’on défend, elle restera toujours déshonorée par le massacre aveugle d’une foule innocente (Albert Camus).

Parce qu’il n’y a pas d’humanisme sans humanité, sans équité, nous voulons informer, œuvrer en toute liberté, dénoncer la situation inacceptable dans laquelle se trouvent encore nos compatriotes les harkis et leurs familles.

 

Notre démarche d’humanité et de justice consiste à faire lever cette chape de plomb qui nous étouffe depuis plus de 46 ans et faire reconnaître les horreurs et les déchirements qui ont marqué notre Histoire, en condamnant « la précipitation » qui a causé les drames de nos compatriotes Pieds-noirs et Harkis, après le cessez le feu du 19 mars 1962, en violation totale des accords d’Evian. (Fusillade de la rue d’ Isly le 26 mars 1962 à Alger, les enlèvements et les massacres du    5 juillet 1962 à Oran, les massacres des Harkis et leurs familles).

Il n’y a pas de bons martyrs et de mauvaises victimes. Il serait temps que le brouillard de l’histoire se lève enfin.

 

Parce que faire la preuve d'humanité de justice et de vérité à l'égard de ceux qui ont souffert de l'exil et du silence imposé, doit être le combat de tous, y compris des femmes et des hommes de sensibilité sociale et humaniste.

       

On ne peut pas juger le passé avec le regard, la conscience et la connaissance que nous avons aujourd’hui.

 

L’Araprem souhaite rassembler toutes celles et tous ceux qui veulent l’aider à défendre ses revendications.  Ainsi, notre action et votre soutien nous permettront d’avancer dans nos démarches.

 

L’histoire de la colonisation en Algérie est comme une pièce de monnaie. Il y a un côté pile et un côté face. Sans l’un des deux cotés, cette pièce de monnaie n’aurait plus la même valeur. La guerre d’Algérie a été une triple guerre : Franco / Algérienne, Franco / Française, Algero / Algérienne (Guy Pervillé).

 

On ne peut pas changer le passé, mais on peut réussir à modifier son avenir. 

 

Au nom du Conseil d’Administration de l’Araprem

Le Président Claude GARCIA

  Ne laissons pas à d’autres le soin d’écrire notre histoire, pour cela, adhérez à l’ ARAPREM.

 

 

 

A     R     A     P     R     E     M  

Association de Rapatriés d’Algérie (Harkis et Pieds noirs) Pour la Réconciliation des Mémoires

BULLETIN D’ADHÉSION

Je soussigné (e)

Nom……………………………épouse….……………..... Prénom…………………

Né (e) le……………………………   à……………………………………...

Adresse……………………………………………………………………

Code Postal………………………..Ville……………………………...

Adresse Internet.                                              N° de Tél. :

Je m’engage à soutenir l’ARAPREM conformément à ses statuts

La cotisation pour l’année est de 10 Euros.   Site : http://www.araprem.asso.fr – http://www.pnmohican.org

Le règlement s’effectue par chèque au nom de l’ARAPREM

Le chèque est adressé à : ARAPREM - Mr Garcia Claude Chemin des garrigues 83390 Cuers.

LE …………………………………..200          SIGNATURE…………………………………..

 

 

 

Siège social : Chemin des Garrigues 83390 Cuers - Téléphone : 04 94 28 62 24   Portable : 06 43 86 59 02 -  Adresse mail : claude.garcia-pap@orange.fr

 

 

 retour page d'accueil